Le numérique omniprésent à l'aéroport

6 novembre 2017

A l’heure où le numérique accroit progressivement son influence sur le quotidien de notre société, le secteur de l’aviation civile prend un virage technologique inédit dans l’ère du digital afin de favoriser l’expérience client des voyageurs. Cependant comment analyser l’impact de ce changement?

Immédiateté, efficacité, simplicité, voilà les exigences d’une clientèle adepte d’un mode de consommation digitale. Outil prédominant dans le quotidien des français, le smartphone équipe 93% de la population française. Dans ce contexte, la géolocalisation constitue un lien clé dans la relation client.

Autant d’indications prises en compte par l’aéroport ainsi que les compagnies aériennes.  D’après une étude du cabinet Markess plus de 61% des entreprise estiment que l’expérience client constitue un enjeu principal pour les années à venir.

Le cas de l’aéroport de Reykjavik est intéressant, c’est l’un des vingt-cinq aéroports qui a fait le pari d’introduire des capteurs sur l’ensemble de sa structure. Ces capteurs se connectent aux smartphones des voyageurs dans un but précis : déterminer et engranger des données de géolocalisation. Cette innovation est l’œuvre du Big data, une nouvelle technologie capable d’analyser une masse d’information pouvant ensuite être utilisée dans l’amélioration du confort des passagers. Application de vols en temps réel, indicateurs météorologiques, détermination des temps d’attentes au check-in… L’information devient instantanée pour le passager.

Dans cette course à l’innovation, la transition digitale est un tournant majeur.  Des perspectives de business des plus prometteuses s’ouvrent à tous les acteurs du monde aéroportuaire en leur apportant un regain de dynamisme et des outils de fidélisation de leur clientèle.
Une transformation digitale qui en 2015 a conduit la compagnie phare française Air France-KLM, à d’importants investissements afin de personnaliser son expérience client avec un objectif affiché de 100 millions d’utilisateurs digitaux d’ici à 2020.

Thomas Chauvel – Community manager


Liens